Montebourg a l'embarras des choix

par Nicolas Richoffer  -  10 Octobre 2011, 19:50  -  #Politiques

10.MONTEBOURG.2794

1716. Il y a les objectifs avoués : recueillir de la part de  François Hollande et Martine Aubry des engagements forts et fermes sur la place de la démondialisation dans la campagne 2012. Il y a les dilemmes aussi : Arnaud Montebourg a moins d'affinités avec la première secrétaire, après leur fâcherie au sujet de l'affaire Guérini, qu'avec l'ancien chef du PS. Mais après une campagne bien ancrée à gauche, ses 17% d'électeurs tenderaient plus naturellement vers la députée-maire de Lille. Il y a la politique et ses petits arrangements enfin, même s'il s'en est défendu ce soir sur le plateau du 20 Heures de David Pujadas : qui laissera ses amis être candidats aux législatives qui suivront la présidentielle ? Qui lui proposera un rôle intéressant dans la campagne, voire un poste très intéressant dans un éventuel gouvernement ? Avec tout ça, Arnaud Montebourg, le troisième homme de la primaire socialiste, doit composer une partition qui sonne bien. Et il a quelques jours pour ça. Pas sûr que soutenir l'un ou l'autre soit une bonne solution. Surtout quand on sait que l'on soutiendra le vainqueur quoi qu'il arrive, par "patriotisme de parti".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :