Au nom du Cambodge

par Nicolas Richoffer  -  3 Septembre 2011, 21:45  -  #Cambodge

03.S21.3529

1679. Mutilés, torturés, assassinés. À Phnom Penh, le Musée Tuol Sleng raconte les heures les plus sombres du Cambodge mieux que quiconque, sans artifice. Dans cet ancien lycée reconverti en "prison de sécurité 21" par les Khmers Rouges, 17 000 Cambodgiens ont péri. Sept on survécu. On arpente les cellules avec une boule au ventre. On regarde les centaines de photos abasourdis. Les pieds posés sur les carreaux rouge et blanc ternis par le temps qui ont reçus le sang, dans le silence qui a remplacé les cris, on ne peut s'empêcher de garder les yeux rivés sur les visages à jamais disparus de ceux qui sont morts au nom du Cambodge. Le vrai, pas celui de Pol Pot.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Circuit Cambodge 19/09/2011 15:00



Quel dommage qu'on ne retienne que le génocide cambodgien du Cambodge. Je suis sûr que ce pays à tellement d'autres visages à nous montrer.



Nicolas Richoffer 19/09/2011 15:16



Je ne pense pas qu'on ne retienne que ça du Cambodge. J'en veux pour preuve, me concernant, la diversité des images que je propose dans la catégorie dédiée à ce pays magnifique. Néanmoins,
n'oublions pas que la plaie n'est pas encore refermée là-bas, et que les Cambodgiens eux-même proposent aux visiteurs de leur pays musées et sanctuaires au nom du devoir de mémoire. Sans compter
que la période est charnière : les derniers Khmers rouges sont encore vivants et leur jugement, bien que compliqué par la corruption de la justice, constitue l'essentiel de l'actualité
internationale du Cambodge.